Actualité Psychologique

Introduction

vendredi 29 février 2008, par Methivier J.

Les missions locales tentent de réduire l’impact de la morosité du marché de l’emploi et les reproches formulés en sous main à l’encontre d’une jeunesse fragilisées, le défi du plus de formation, la construction du projet professionnel, d’autonomie individuelle, sont autant de possible embuches à leur insertion.

Les missions locales œuvres dans le champ de l’insertion sociale et professionnelle pour des jeunes de seize à vingt-cinq ans, sortis du système scolaire.

Les situations et démarches d’insertion professionnelle s’avèrent bien souvent d’une extrême complexité pour un public jeunes, mal expérimenté des rouages institutionnels. Ces situations peuvent produire et réactiver un sentiment d’impuissance apprise (Seligman, 1975), comme incapacité à agir sur son environnement, il érode la motivation et renforce la déprime. Les situations de recherche d’emploi peuvent générer des comportements d’anxiété et de dépression. L’anxiété et la dépression peuvent amener à des conduites d’évitements, ces mêmes conduites risques alors de réduire les opportunités de trouver un emploi et augmenter des sentiments de mal-être.

Comprendre et prendre en compte les processus à l’œuvre dans le cheminement vers l’emploi constitue bien là l’enjeu des acteurs de l’insertion professionnelle.

Pousser la porte d’une mission locale c’est se faire aider à trouver un emploi, sortir du chômage. conseiller, aider nécessite de comprendre le public, de le comprendre dans sa manière d’appréhender le travail, le chômage. Les représentations du travail et du chômage dans un contexte d’insertion professionnelle vont être le jeu des échanges entre le public et le conseiller en insertion professionnelle.

Lorsqu’un individu définit sont identité propre en fonction des représentations de son groupe, il renforce un peu plus l’affirmation de l’existence de celui-ci en tant qu’entité sociale. La représentation joue un rôle dans la survie du groupe en préservant l’identité individuelle de chaque membre du groupe.

Comprendre les spécificités des représentations à l’œuvre dans ce groupe conduit à chercher à en savoir un peu plus, et un peu plus finement, sur ces deux objets sociaux : le travail et le chômage. Cette compréhension conduit de plus à conjuguer la connaissance de ces objets au regard des particularismes des effets de l’insertion professionnelle sur l’individu et les groupes sociaux : l’anxiété, la dépression ou la phobie.

Comprendre les représentations sociales du travail et du chômage dans les émotions.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0